Par Sarah Remmer, RD

Vous aimeriez que vos enfants mangent plus de légumes? C’est le cas de nombreux parents. Les légumes font partie des aliments généralement plus difficiles à faire accepter aux enfants, surtout à ceux qui font la fine bouche et qui savent se montrer déterminé. Le conseil suivant devrait changer la donne. Il s’appuie sur la recherche et fonctionne à merveille. Je peux personnellement en témoigner.

Nous savons combien les légumes sont nutritifs, pleins de vitamines, de minéraux, d’antioxydants et de fibres, autant d’éléments essentiels à une bonne santé. Cependant, nous savons aussi que parmi tous les groupes d’aliments, ce sont ceux qui sont les plus rejetés, surtout par les tout-petits et les enfants qui traversent une phase de refus alimentaires. En tant que diététiste pédiatrique et mère de trois enfants, je tiens à dire aux parents qui vivent cette situation que c’est absolument normal. La plupart des légumes ont un goût amer, alors comme les humains ont un penchant naturel pour les aliments sucrés et riches en glucides (pour des raisons d’apport énergétique et de survie), les légumes sont relégués au second plan lorsque des aliments plus attirants se trouvent à côté ou autour d’eux.

Que faire quand votre enfant rejette les légumes

Heureusement, pendant ces phases de refus (qui, soit dit en passant, se produiront), nous pouvons nous tourner vers d’autres aliments qui passent plus facilement, comme les fruits et les produits céréaliers enrichis, pour combler les besoins en nutriments. Eh oui, les fruits contiennent des éléments nutritifs très similaires à ceux des légumes! En plus, la plupart des enfants acceptent volontiers une grande diversité de fruits. Ouf!

Attention par contre : n’arrêtez pas de servir des légumes pour autant. Bien au contraire! Les enfants ont besoin d’être exposés de nombreuses fois à un aliment, sans pression, avant d’être prêts à y goûter ou à le consommer. Ainsi, ce que vous pouvez considérer comme un « rejet complet » peut en fait être « un pas de plus vers la consommation de cet aliment de leur propre chef ». Lorsqu’un enfant voit ses parents ou ses frères et ses sœurs grignoter joyeusement des crudités ou de la salade à plusieurs reprises (et qu’il ne ressent aucune pression pour faire de même), il finit par se lancer dans les légumes par lui-même. Cela demande toutefois de la patience, de la compassion et du temps.

Ayez une vision à long terme

Je dis toujours aux parents : quand vous donnez à manger à vos enfants, concentrez-vous sur le long terme (leur relation avec la nourriture à long terme) et non sur le court terme (j’ai besoin que mon enfant mange ceci maintenant, pour avoir l’impression d’avoir accompli mon travail de parent). Votre rôle consiste simplement à servir des repas et des collations équilibrés et nutritifs à des moments et dans des endroits adéquats. Le reste dépend des enfants (s’ils mangent et la quantité qu’ils mangent). Il faut donc continuer à présenter de nouveau les aliments qui ont été rejetés auparavant, sans mettre de pression. Je sais… ce n’est pas facile.

Une petite astuce qui fonctionne à merveille

Voici un autre conseil que je vous propose et qui vaut de l’OR.

Imaginez : chaque soir, lorsque je commence à préparer le souper, mes enfants se précipitent dans la cuisine, affamés et pleurnichards. Les demandes de collations se multiplient et les petits doigts sont partout en train de fouiller dans les ingrédients du repas.

Lorsque le souper est finalement servi, comme la plupart des jeunes enfants, ils mangent rarement une bonne portion de légumes. Les aliments les plus attrayants (le plat principal, les féculents, etc.) sont presque toujours engloutis, laissant intacts les légumes verts et orange pour la plupart. Non seulement c’est frustrant, mais cela crée aussi du gaspillage alimentaire et des conflits autour de la table. Bien que j’essaie de récupérer les restes de légumes dans les assiettes de mes enfants, la plupart sont trop sales et visqueux à la fin du repas pour pouvoir être conservés.

Ça vous rappelle quelque chose?

J’ai alors eu une idée très simple, mais géniale. Un soir avant le souper, j’ai sorti un plateau de crudités avec de la trempette (houmous, trempette ranch et trempette César) sans rien dire. J’ai simplement laissé le tout sur la table pour voir ce qui allait se passer, puis j’ai continué à préparer le repas. En un clin d’œil, mes enfants ont commencé à grignoter tranquillement. Incroyable. Absolument incroyable. Maintenant, j’utilise l’« astuce du plateau de crudités » presque tous les soirs et, sans faute, mes enfants le prennent d’assaut. Huit ans plus tard, ça fonctionne toujours. Pourquoi est-ce que ça marche? Parce que les légumes ne sont pas en compétition avec d’autres aliments plus aimés. Ils sont tous seuls! D’ailleurs, même la recherche appuie cette petite astuce.

 

Voici pourquoi l’astuce du plateau de crudités fonctionne :

Des données de l’Université A&M du Texas montrent qu’il existe une raison intéressante pour laquelle les enfants (en âge d’aller à l’école primaire) choisissent souvent de ne pas manger leurs légumes à l’heure du repas, entraînant une augmentation du gaspillage de cette catégorie d’aliments. Après avoir analysé les données sur le gaspillage dans les assiettes de près de 8 500 élèves, les chercheurs ont découvert qu’il existe au moins une variable qui a tendance à influencer le fait que les enfants mangent ou non leurs légumes verts (par exemple les brocolis, les épinards ou les haricots verts) : ce qui accompagne ces légumes.

Ils ont constaté que lorsque des légumes sont placés à côté d’autres aliments plus attrayants – disons des hamburgers ou des pépites de poulet – ils sont davantage gaspillés (et le plat principal a plus de succès), alors que s’ils sont placés à côté d’aliments moins appétissants comme des « lanières de steak » ou des « sandwichs de charcuterie », les légumes sont davantage consommés. On voit clairement que le gaspillage alimentaire dans les assiettes est lié aux combinaisons d’aliments, ce qui est tout à fait logique.

L’erreur des parents bien intentionnés :

Les jeunes enfants ne sont pas en mesure de très bien saisir le concept de nutrition. Les adultes peuvent choisir de manger leurs légumes en premier ou, du moins, de s’efforcer de les manger parce qu’ils veulent améliorer leur alimentation ou prévenir les maladies chroniques. Ce n’est pas le cas des enfants. Lorsque les parents essaient d’amadouer leurs enfants pour qu’ils mangent plus de légumes au nom de la nutrition ou de la santé, les enfants se rebutent encore plus. Ils traduisent souvent cette pression par « ces légumes doivent être encore plus dégoûtants que je ne le pensais, pourquoi est-ce si important que j’en mange?! » Les enfants mangent pour deux raisons : 1) ils ont faim et 2) un aliment leur plaît.

Quand les légumes n’ont pas à rivaliser avec d’autres aliments plus appétissants et que les parents ne mettent pas de pression pour que les enfants en consomment, ils deviennent plus désirables et sont généralement davantage mangés. C’est probablement la raison pour laquelle mes enfants engloutissent les légumes lorsqu’ils sont servis avant le souper : ils ne sont pas en compétition avec d’autres aliments!

En bref :

Rappelez-vous que tous les enfants passent par des phases de refus alimentaires et que le rejet des légumes est tout à fait normal. Ce qui compte vraiment, c’est la façon dont vous, en tant que parent, gérez la situation. Continuez à servir des légumes sans pression et de manière positive. Servez une belle diversité de fruits tous les jours ainsi que d’autres aliments nutritifs comme des céréales complètes enrichies et des aliments riches en protéines aux repas et aux collations. Votre enfant continuera probablement de satisfaire ses besoins en nutriments. Enfin, essayez l’astuce du plateau à crudités pour voir si elle fonctionne avec vos enfants!

Présentation de Sarah : Sarah Remmer, RD, est une diététiste primée et mère de trois enfants. Elle est fondatrice et présidente du Centre for Family Nutrition, situé à Calgary, en Alberta. Elle est également coauteure du livre Food to Grow On: The ultimate guide to childhood nutrition from pregnancy to packed lunches. Vous trouverez sur son blogue des centaines d’articles et de recettes destinés aux parents et aux familles occupées : SarahRemmer.com

Related posts

Bol de smoothie
LawrenceMacAulay
LE CÉLÈBRE POTAGE AUX POIVRONS ROUGES ET À LA MUSCADE DE L’HONORABLE MINISTRE LAWRENCE MACAULAY
12 idées de repas scolaires approuvées par des diététistes (et dont raffoleront vos enfants!)